Websites

Jean-Louis Pinault

France

Having a theoretical physicist background (Conservatoire des Arts et Métiers), Jean-Louis Pinault is a geophysicist and a hydrogeologist.
He shows that El Niño results from the coupling of annual and quadrennial quasi-stationary baroclinic waves in the tropical Pacific Ocean, hence better consideration of observations for the ENSO forecast.
On the other hand, natural climate variability results from long-period quasi-stationary Rossby waves winding around the five subtropical gyres and resonantly forced by solar and orbital cycles. A positive feedback from the orbital forcing acting on the subtropical gyres is induced by the acceleration / deceleration of the western boundary currents. By viewing gyral Rossby waves as mediators of solar and orbital forcing of climate, many open problems relating to paleoclimate are now being answered.
From the precise estimation of the natural and anthropogenic components of the warming observed since 1970, he highlights the driving role of the moist adiabatic lapse rate of the atmosphere in the process of amplifying the impact of greenhouse gases. The climatic response of different regions of the globe varies depending on whether the rainfall regime has an oceanic or continental influence.
He has published numerous articles in peer-reviewed scientific journals, others are under submission or in preparation.
_________________________________
Physicien théoricien de formation (Conservatoire des Arts et Métiers), Jean-Louis Pinault exerce les métiers de géophysicien et hydrogéologue.
Il montre qu’El Niño résulte du couplage d'ondes baroclines quasi-stationnaires annuelle et quadriennale dans l'océan Pacifique tropical, d’où une meilleure prise en compte des observations pour la prévision de l’ENSO.
D'autre part, la variabilité naturelle du climat résulte d’ondes de Rossby quasi-stationnaires de longue période s'enroulant autour des cinq gyres subtropicaux et forcées de manière résonnante par les cycles solaires et orbitaux. Une contre-réaction positive du forçage orbital agissant sur les gyres sous-tropicaux est induite par l’accélération/décélération des courants de bord ouest. En considérant les ondes de Rossby gyrales comme des médiateurs du forçage solaire et orbital du climat, de nombreux problèmes ouverts se rapportant au paléoclimat trouvent désormais une réponse.
De l’estimation précise des composantes naturelle et anthropique du réchauffement observées depuis 1970 il met en évidence le rôle moteur du gradient adiabatique humide de l’atmosphère dans le processus d’amplification de l’impact des gaz à effet de serre. La réponse climatique des différentes régions du globe varie selon que le régime pluviométrique a une influence océanique ou continentale.
Il a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques à comité de lecture, d'autres sont en cours de soumission ou en préparation.

Me Contacter

  • Email public