Websites

Jean-Louis Pinault

France

Having a theoretical physicist background (Conservatoire des Arts et Métiers), Jean-Louis Pinault is a geophysicist and a hydrogeologist. Focusing on climate change, he highlights the key role of oceans in the genesis of the El Niño-Southern Oscillation (ENSO) and the long-term climate variability.
He shows that ENSO results from the coupling of an annual and a quadrennial quasi-stationary wave in the tropical Pacific Ocean. On the other hand climate variability is subjected to long period quasi-stationary waves wrapping around the five subtropical gyres and resonantly forced by solar and orbital cycles, what he names the oceanic gyral resonance.
He has published numerous articles in peer-reviewed scientific journals, others are under submission or in preparation.
Jean-Louis Pinault is opposed to the catastrophist scenario claimed by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC): he scientifically proves that anthropogenic warming, which results from radiative forcing, accounts for a small share, about one third, in the global warming observed during the latter half of the 20th century, the rest being due to the gyral resonance, particularly intense at the release of the Little ice age that occurred in the 16th and 18th centuries.
_________________________________
Physicien théoricien de formation (Conservatoire des Arts et Métiers), Jean-Louis Pinault exerce les métiers de géophysicien et hydrogéologue. S’intéressant aux changements climatiques, il met en évidence le rôle clé des océans dans la genèse d’El Niño ainsi que la variabilité du climat à long terme.
Il montre qu’El Niño résulte du couplage d'une onde quasi-stationnaire annuelle et quadriennale dans l'océan Pacifique tropical. D'autre part, la variabilité du climat est assujettie à des ondes quasi-stationnaires de longue période s'enroulant autour des cinq gyres subtropicaux et forcées de manière résonnante par les cycles solaires et orbitaux, ce qu'il appelle la résonance gyrale océanique.
Il a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques à comité de lecture, d'autres sont en cours de soumission ou en préparation.
Jean-Louis Pinault s’oppose au scénario catastrophiste revendiqué par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : il établit scientifiquement que le réchauffement anthropique, qui résulte du forçage radiatif, intervient pour une faible part, environ un tiers, dans le réchauffement climatique observé au cours de la seconde moitié du 20e siècle, le reste étant imputable à la résonance gyrale, particulièrement intense à la sortie du Petit âge glaciaire qui se produisit aux 16ème et 18ème siècles.

Me Contacter

  • Email public